Les abeilles sauvages

Essentielles à la pollinisation et à l’écosystème, les abeille sauvages sont moins connues que les abeilles domestiques. Pourtant, il est tout aussi important de les protéger. Apidae a à cœur de les faire connaître et de les défendre. Il en existe des centaines d’espèces, aux modes de vie divers et variés. Elles vivent dans toutes sortes d’environnements, des tiges de plantes aux terrains argileux. Les abeilles sauvages sont complémentaires des abeilles domestiques, car elles ne butinent pas les mêmes fleurs.

Les abeilles sauvages et domestiques ne sont pas en conflit, car elles ne se nourrissent pas des même fleurs. Par ailleurs, elles ne vivent pas dans le même environnement, puisque les abeilles sauvages ne sont pas dans des troncs creux ou des ruches mais des trous dans le bois, la terre ou des tige creuses. Elles ne se menacent pas mutuellement, ce qui leur permet de se côtoyer sans se menacer.

Au sujet des abeilles sauvages

Andrena endormie
  • Elles ne piquent pas, car elles ne produisent pas de miel. Elles n’ont donc pas de réserves à défendre pour survivre
  • Certaines vivent dans des trous dans le bois, et d’autres vont jusqu’à habiter dans des coquilles d’escargot vides. Dans la nature, rien ne se perd !
  • Le bourdon, à ne pas confondre avec le faux-bourdon, fait partie de ces abeilles sauvages
  • Les femelles ne vivent que quelques semaines, mais c’est beaucoup plus longtemps que les mâles, qui ne vivent que le temps qu’il faut pour se reproduire

Comment les aider ?

Vous pouvez participer à la sauvegarde des abeilles sauvages avec Apidae :

  • Installez un hôtel à abeilles avec une colonie d’Osmies rousses que nous pouvons vous fournir
  • Plantez des fleurs mellifères qui les nourriront entre mars et octobre. Apidae peut vous aider à choisir les fleurs les plus adéquates
  • Évitez les pesticides, qui les détruisent sans distinction

En protégeant les abeilles sauvages, vous agissez pour favoriser la pollinisation des plantes dont nous nous nourrissons. Il s’agit d’un investissement essentiel sur le long terme. Plus nous serons nombreux à agir, plus il y aura d’abeilles, et plus riche sera l’écosystème dans lequel nous vivons.